angry monk newsletter english deutsch français
 
     
 
 
 
 
   
 
   
 

citations

 

notes biographiques

 

intervenants

 

remarques du directeur

   
   
 

Lorsque nous voyagions ensemble en Inde, je ne savais pas au départ qu’il était un Lama réincarné. Il était intelligent - très intelligent en fait - mais il aimait aussi fumer, boire et faire l’amour aux femmes. Je ne savais vraiment pas qu’il était si érudit.

Golok Jigme, 85 ans, compagnon de voyage: vient de la même région que Gendun Choephel. Au début des années 40, il fit le pèlerinage en Inde avec lui. Il meurt à Katmandou peu après l’interview.

 
A cette époque, les Tibétains ne tenaient qu’à une seule chose: aux traditions. Par exemple, il était interdit de jouer au foot. Ils disaient que les footballeurs shootaient dans la tête de Bouddha. Dès que quelqu’un faisait quelque chose de nouveau, c’était interdit. Mais une société doit faire des progrès, elle ne peut pas se contenter de faire du sur place.

Thubten Wangpo, 75 ans, professeur: il fait la connaissance de Gendun Choephel à 17 ans. Cette unique rencontre a été déterminante dans toute sa vie. Il est professeur retraité à Lhassa.

 
           
     
         
   
Golok Jigme   Thupten Wangpo   Tsering Shakya
 
           
       

Gendun Choephel était un simple moine qui alla en Inde et s’aperçut que le monde, hors du Tibet, évoluait. Il s’interrogea sur l’immobilité du Tibet. C’est évident dans ses écrits et ses poèmes. Il s’intéresse à la nécessité d’évolution pour l’avenir de la société tibétaine.

Tsering Shakya, 46 ans, historien: enseigne l’histoire moderne tibétaine à l’Ecole d’Etudes Africaines et Orientales - School of Oriental and African
Studies (SOAS). Il vit avec sa famille à Londres.

 
Avant Gendun Choephel, aucun Tibétain n’avait écrit d’histoire politique du Tibet. Dans son livre, il dit que le Tibet et la Chine sont deux entités bien distinctes. Mais à la différence des autres historiens, il trouva ses preuves dans des documents très anciens.

Tashi Tsering, 45 ans, chercheur: dirige en Inde l’Institut Amnye Machen d’histoire laïque tibétaine. — Amnye Machen Institut (AMI). Il vit entre l’Inde et la Nouvelle Zélande.

 
           
     
       
   
Tashi Tsering   Alak Yongtsin  
 
           
 
ANGRY MONK
Réflexions sur le Tibet
un film de Luc Schaedler
Suisse 2005
1:1,85 • 35mm • couleur
1h37 • v.o. sous-titrée
   

Il est devenu célèbre au monastère à partir du moment où il a fabriqué, avec des mécanismes de montres usagées, des petits bateaux qu’il faisait circuler sur une marre. Une fois, il m’a dit qu’il devrait être possible de construire un moulin qui puisse marcher sans le courant d’une rivière.

Alak Yongtsin, 98 ans, camarade de classe: a passé toute sa vie dans l’Est du Tibet, quelques années au goulag chinois. Il vit actuellement dans un monastère isolé de l’Est du Tibet.